Écrit par De Quark,

Créé au Musée des Abattoirs – Toulouse 2008

Séverine Astel, Joke Demaître, Julien Lacroix,
Sébastien Lange, Vladimir Priselkow, Renaud Serraz,
Henry Castres, Bruno Wagner

Dans cette création, De Quark interroge la séparation entre le monde de l’enfance et le monde des adultes. Face à cette séparation, il y a le lien indéniable entre l’enfant et l’adulte qu’il deviendra, l’adulte et l’enfant qu’il fut (comme s’il s’agissait d’une autre personne).

Plus qu’au rapport des adultes à leurs propres enfants, à leur rôle de père ou de mère, nous nous intéressons au rapport qu’entretiennent les adultes avec le monde de l’enfance. Notre perception de l’univers de « jeu » des enfants et de leur énergie toute en rupture a dicté sa forme à notre création : un format séquencé.

Dans In fans, chaque Quark expérimente la porosité ou l’imperméabilité des deux mondes. Tantôt avec, tantôt contre mais toujours sous le regard des autres. Le spectateur assiste à une succession de petits laboratoires faits tour à tour de performances, de travail vidéo, d’œuvres plastiques, de sons, d’écriture. Série de rituels enfantins où les acteurs ne jouent jamais des enfants mais créent avec l’énergie de l’enfance un monde chaotique : une télévision diffuse un accouchement, puis un casting d’enfants jouant le dernier monologue d’Œdipe roi de Sophocle, un acteur crée un univers coloré et désordonné, une fine membrane de plastique vient faire écran à une tentative de jouer l’enfance et nous l’offre en flou… Chaque proposition est soumise au regard, au détournement ou à la destruction des adultes. In fans finit sur l’évocation du paradis perdu, film comestible, beau jusqu’à l’écœurement.