De Martin Crimp

Traduction d’Élisabeth Angel-Perez – L’Arche Éditeur
Créé au Théâtre de la Digue – Toulouse 2005

Séverine Astel, Joke Demaître, Julien Lacroix,
Sébastien Lange, Romain Mercier, Renaud Serraz,
Élodie Lefebvre, Cisco Berchenko

Martin Crimp situe la pièce dans un « lieu neutre » et un « temps neutre ». 1, 2, 3 et 4 relatent les évènements d’une tuerie sauvage qui s’est déroulée dans une école. Un homme a tué une réceptionniste, un maître d’école, et quatre enfants nommés A, B, C et D. 1, 2, 3 et 4 tentent de cerner ce personnage, son environnement, le (ou les) facteur(s) déclencheur(s) de son acte.

Sur le plateau, une lumière blanche gomme les perspectives.
Un mouvement permanent envahit l’espace. Une scénographe balise la zone et accule peu à peu les interprètes vers l’avant de la scène. Immobilisés, dans une proximité avec leurs observateurs, il ne leur reste que la parole. Comment raconter l’innommable ?